généalogie et histoires lorraines

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Entries pour Mot-clé "château"

Fil des billets - Fil des commentaires

Dessins de Turquenstein

samedi 8 mars 2014, par Anne Auburtin

Source : Les seigneurs, le château, la châtellenie et le village de Turquestein - H. Lepage disponible sur Gallica

Les ruines du château

les_ruines_du_chateau.JPG

Plan du château

plan_du_chateau.JPG

Une promenade à Vry

samedi 28 décembre 2013, par Anne Auburtin

Source : Bulletin de la société d'archéologie et d'histoire de la Moselle, gallica.bnf.fr

Mais nous voici arrivés à Vry. Apercevez-vous sur votre gauche ces ruines pittoresques s'élevant au-dessus d'un tertre couvert de gazon? 

vry_ancien_chateau_pour_blog.JPGCe sont celles du château de Vry ou Petite-Metz, sentinelle avancée de la cité messine du côté de l'Allemagne.

Nous entrons dans l'enceinte par une chaussée étroite à cheval sur un fossé large de 24 mètres. A notre droite nous apercevons une grosse tour percée d'embrasures pour l'artillerie, et à notre gauche la tour du châtelain.

Deux photos de la tour ronde, faites en 1910 à voir sur le site des archives départementales de la Moselle, ici et .


De là nous nous répandons un peu partout à la recherche de quelques indications et de quelques souvenirs. Les uns montera un escalier très raide et très étroit creusé primitivement dans l'épaisseur d'un mur et maintenant mis à découvert. Il les conduit à un misérable recoin qu'on reconnaît avoir été la prison, aux phrases de malédictions écrites sur le mur. Le reste des voyageurs, et ce sont les plus jeunes, escaladent une butte couverte de démolitions et où s'élève, s'appuyant sur la courtine sud-ouest , une tour maintenant effondrée vers sa base et dont les pans en ruines ne tiennent debout que par un effet remarquable d'équilibre. Nous franchissons le fossé et nous plaçant vis-à-vis de cette grande tour et d'une plus petite, sa voisine, un de nous, malgré la pluie qui commence à tomber, prend un léger croquis du château vu de ce point. Puis après nous nous réunissons pour nous diriger du côté de l'église, où nous remarquons un bas-relief encastré dans le mur extérieur du choeur. Il est, comme le château, du quinzième siècle et représente en son milieu un Christ sur le Calvaire; à droite est un moine agenouillé, à gauche un chevalier armé est également dans l'attitude de la prière. Dans les deux autres niches nous n'avons pu distinguer quels étaient les personnages représentés. Aux deux extrêmités l'on remarque sainte Catherine et sainte Barbe que nous reconnaissons facilement à leurs attributs bien connus.
Tous ces personnages sont d'un bon style et encadrés dans des motifs flamboyants d'un très beau caractère. Ce petit monument, dans un état
très rare de conservation, est très curieux et mériterait d'être reproduit soit par la gravure, soit par la photographie. Je me contente d'émettre ce voeu, espérant qu'il sera entendu. L'intérieur de l'église est peu remarquable. Mais les fenêtres du chœur et celles du clocher attirèrent notre attention par leur forme particulière que nous n'avions pas encore rencontrée dans le cours de nos promenades. Elles affectent la forme d'un plein-cintre terminé par une lancette byzantine surmontée elle—même par une fleur de lys.