Source : Bulletin mensuel de la Société d'archéologie lorraine et du Musée historique lorrain - L. MAUJEAN.- 1912 - Gallica

Ce texte fait suite à la publication du "testament d'un paysan au XVIIe siècle."

"L'auteur du mémoire précité, M. l'abbé Nicolas, le fait remarquer : bien que les anciens rituels de Trèves, Toul et Verdun ne contiennent aucune prescription concernant le droit que prélevaient les anciennes fabriques pour accorder la sépulture dans les églises, ce droit semble avoir réellement existé.
Or la sépulture dans les églises est mentionnée souvent dans les documents du XVIIe et du XVIIIe siècle, surtout par les couvents pour les paroisses dont ils étaient les patrons. Voici en particulier ce que disent à ce sujet les « Statuts, règles et ordonnances des églises paroissiales dépendant de Domèvre », manuscrit de la fin du XVIIe siècle.
Après la défense d'usage des « poils, ouvroirs et assemblées nocturnes », le chapitre sur les offices paroissiaux et l'énumération des cas d'absolution interdits aux chanoines et réservés à l'abbé, le document contient sous le titre : « Droits d'autel », les prescriptions suivantes :

  • Baptêmes, rien ;
  • Relevailles, le pain, le cierge, I franc ;
  • Viatique, extrême-onction, rien ;
  • Fiançailles, publication, 1 gros le dimanche, 2 gros la semaine ;
  • Mariages conclus hors de la paroisse, 5 gros ;
  • Pour aller chercher les saintes huiles, 1 livre ;
  • Une messe basse, I esquelin, moins pour les pauvres ;
  • Enterrement d'enfants, 2 gros ; Me d'école, 6 gros ;
  • Enterrement d'adultes avec 3 messes, 2 gros ; Me d'école, 4 gros ; marguillier, 3 gros ;
  • Enterrement dans la nef, 10 gros ;
  • Enterrement dans le choeur, 20 gros."