source rapport annuel du préfet in annuaire statistique, historique, administratif et commercial de la Meurthe,  par H. Lepage

1830 :

  • L'économe : Soeur Euphrasie Bertrand
  • Médecin M. Bonfils père ; médecin-adjoint M. Fonfils le jeune.
  • Aumônier M. Lallemant

Cet établissement est affecté au traitement des insensés des deux sexes : on y compte 450 aliénés de 8 départements.

1847 :

L'asile d'aliénés de Maréville se maintient dans un état prospère ; un boni de plus de 50,000 francs, réalisé en 1847, permettra de commencer les nouvelles constructions que l'accroissement de la population rend indispensable. Le projet s'en étudie en ce moment.

1849 :

mareville.jpg

"La population de l'asile de Maréville continue à s'accroitre ; elle atteint dans ces derniers mois le chiffre de 732 sans pourtant qu'il en résultât de l'encombrement. Des mesures de prévision avaient été prises à cet égard par la nouvelle administration appelée à diriger cet établissement, à la suite d'une enquête faite par M. l'inspecteur général Ferrus, au commencement de cette année. Il m'est agréable de vous annoncer qu'à la suite de quelques changements devenus nécessaires dans le personnel de l'asile , la meilleure harmonie règne aujourd'hui entre les divers fonctionnaires qui y sont attachés. Le service ne peut qu'y gagner., 

Des projets de constructions se rattachant à un plan général, et qui faciliteront la division des malades selon les différents caractères d'aliénation, s'étudient. Quelques-uns pourront être exécutés cette année, et la dépense en sera facilement couverte par le boni obtenu sur l'exercice 1848 qui dépasse 105,000 fr. 

Dans une visite récente que j'ai faite à l'asile, j'ai vu avec satisfaction qu'on était parvenu à utiliser, dans l'intérêt de l'établissement, le travail des détenus. La santé même des aliénés profite de l'exercice qu'on leur procure de la sorte. Des terrassements bien entendus, qui s'exécutent en ce moment sans aucun frais, contribueront à l'embellissement et à l'assainissement de la maison de Maréville".

1853 :

Commission de surveillance :

  • Président : Pene, docteur en médecine, à la Côte de Toul
  • Membres A Drouot, rue des quatre-églises, 50 - Glaudel fils, place de grève, 4 - Leclerc ancien notaire, rue des Carmes, 42
  • Secrétaire, Béchet fils, rue Stanislas, 34.

Administration 

  • directeur Renauldin 
  •  Receveur Briquel 
  • économe Limon 
  • architecte Genay

culte

  •  Aumonier, Dieulin

Service médical 

  • médecin-chef Morel 
  • médecin adjoint de Roche 
  • Pharmacien Golzard. 
  • Élèves internes : Kummer, Baume,Michaut-bélaire

la surveillance des malades est confiée aux soeurs de St-Charles.

Supérieure soeur Euphrasie Hussenet 

1856 :

"Cet établissement devenu aujourd'hui l'une des principales institutions de ce genre en France, reçoit les aliénés de la Meurthe, Des Vosges, de la Moselle, des Ardennes, de la Haute-Saône et de la Seine. Il admet en outre des pensionnaires placés par les familles aux prix de journées de 1 fr 10, 1fr 45, 2 fr et 2Fr 75."

Dans son rapport au conseil général, en 1855, M le Préfet s'exprime ainsi au sujet de l'Asile :

"L'oeuvre de réorganisation morale et matérielle de Maréville, entreprise depuis quelques années seulement, est en bonne voie et l'on peut dire aujourd'hui que l'établissement est un des premiers de l'Empire, non seulement par l'importance numérique de sa population mais aussi et surtout par l'impulsion qui lui a été imprimée. Le compte administratif de 1854 nous révèle une situation financière satisfaisante, et après la liquidation de travaux aussi considérables que ceux exécutés, il existe encore dans le règlement des prévisions toutes les garanties d'une prudente réserve. Ces conditions avantageuses sont la conséquence des mesures qui ont été prises pour conserver et accroître la confiance des familles et des départements voisins qui voient avec la plus grande sollicitude  coïncider avec de notables améliorations au point de vue moral et matériel, des prix de pensions moins élevés que dans les autres asiles de cette région de France."

Conformément à l'ordonnance du 18 décembre 1839 la surveillance de cet établissement est confiée à une commission de cinq membres.

Commission de surveillance

  • Président : Leclerc ancien notaire

  • Secrétaire Glaudel, ancien notaire à Nancy
  • membres Balbâtre ainé ; Béchet, docteur en médecine, Drouot, député à Nancy.

Direction

  • Directeur, Renaudin, docteur es sciences et en médecine

service administratif

  • receveur Briquel,
  • économe ; Limon 
  • chef de bureau : Tapin
  • Architetes Genay ; Corrard des Essarts à Nancy

Service médical

  • médecin en chef : le docteur Morel
  • Pharmacien Goury
  • Internes Guillemin, Cotte, Lachaux, Sizaret

Service religieux

  • Aumonier abbé Dieulin
  • Desservant abbé Clément
  • Supérieure de la communauté Soeur Euphrasie Hussenet

Infirmier en chef 

  • Mariotte

1857 

"Cet établissement devenu aujourd'hui l'une des principales institutions de ce genre en France, reçoit les aliénés de la Meurthe, Des Vosges, de la Moselle, des Ardennes, de la Haute-Saône et de la Seine. Il admet en outre des pensionnaires placés par les familles aux prix de journées de 1 fr 10, 1fr 45, 2 fr et 2Fr 75.

L'importance de cet établissement s’accroît chaque année, tant pour les améliorations de tous genres qui y sont introduites que par l'énergique impulsion qui a été donnée à son administration. On constate avec intérêt l'ordre et la régularité qui règnent dans une population aussi nombreuse dont le chiffre s"est élévé jusqu'à 1075 malades, et ce résultat atteste l'efficacité d'une surveillance permanente active et intéressante, exclusive de toute coercition irritante."

Commission de surveillance

  • Président : Leclerc ancien notaire
  • Secrétaire Glaudel, ancien notaire à nancy
  • membres Balbâtre ainé ; Béchet, docteur en médecine, Drouot, député à Nancy.

Direction

Directeur, Renaudin, docteur es sciences et en médecine

service administratif

  • receveur Briquel, 
  • économe ; Limon 
  • chef de bureau : Tapin
  • Surveillant en chef : Mariotte
  • Architectes Genay ; Corrard des Essarts à Nancy

Service médical

  • Médecin en chef : le docteur Mérier 
  • Médecin adjoint Le docteur Réber
  • Pharmacien Goury
  • Internes Lachaux, Sizaret, Aubert

Service religieux

  • Aumônier abbé Dieulin
  • Desservant abbé Clément

Les Soeurs de saint-Charles, au nombre de 17, sont attachées au service des femmes, à celui des infirmeries et de la lingerie.

Supérieure de la communauté Soeur Euphrasie Hussenet

1858 

Pas de changement dans le texte ni dans l'organigramme. Les internes cette année-là étaient : Minel, Bailly, Kuhn.

1859

Même texte descriptif mais la population accueillie est de 1200.

Dans le conseil de surveillance Balâtre l'ainé à été remplacé par le comte de Landreville.

Le service médical est maintenant organisé en deux services : Le médecin-chef de la division des hommes est le docteur Auzouy; celui de la division des femmes est le docteur Teilleux

Les internes sont Kuhn, Schoelhammer, Mahalin, Menuau

La supérieure de la communauté est Soeur Adélaïde Reiber.