"L'an mil sept cent nonante en vertu d'une permission de la curie épiscopale signée de Monseigneur l’évêque d'Orope, suffrageant du diocèse, a nous adressée à l'effet de bénir un oratoire privé accordé à Mr De Marion dans la terre de Glatigny, y étant seigneur, cette permission accordée le vingt neuf mars dernier a été accomplie aujourd'hui le treize avril et y avons tout de suite célébré le Saint Sacrifice de la messe en présence du dit Seigneur à Glatigny et de Mr le baron de Blais demeurant aux étangs qui ont signé avec nous ."  (Retonfey baptêmes et mariages  1783-1792, archives en ligne de Moselle image 49)

Ce qui m'a intrigué dans cet acte, inhabituel dans les registres paroissiaux, c'est la mention de  l’évêque d'Orope, suffrageant...

En fait suffragant se dit d'un évêque au sujet de celui dont il dépend, généralement l’archevêque  lequel  a le pouvoir de casser les décisions de l’évêque suffragant.

Se dit aussi d'un évêque qui n'ayant qu'un titre d'évêché in partibus, fait les fonctions épiscopales dans le diocèse d'un autre. (source Littré).

Ce qui était bien le cas de Henri de Chambre d'Urgons, né en 1748, suffragant de Metz depuis le 23 avril 1781 qui émigrera à Trèves en avril 1791 et décédera après 1802

Quant au seigneur de Glatigny, il s'agissait de Hyacinthe de MARION de GLATIGNY, né en 1741, également Chef de bataillon au régiment d'Alsace.