Source annuaire administratif, commercial et industriel du département de la Meurthe - Année 1830



Les prisons dont divisées en cinq classes :
- maisons de police municipale, établies près les justices de paix, destinées à la réclusion des condamnés par vois de simple police, de un à cinq jours d'emprisonnement ;
- maisons d'arrêt : près les tribunaux de police correctionnelle, renferment les prévenus dont on instruit le procès, une par département ;
- maisons de justice, réservée à la réclusion des accusés frappés d'une ordonnance de prise au corps ou ceux qui attendent leur translation ou leur exécution ;
- maisons de correction, une dans chaque département, destinée à recevoir les condamnés à moins d'un an, les détenus passants, les prisonniers pour dettes, les enfants à renfermer sur demande de leur famille ;
- maison centrales de détention, placées en plusieurs points du royaume, affectées aux condamnés à un an et plus d'emprisonnement ou de réclusion.

A Nancy, on trouve une maison de justice (place Carrière), une maison d'arrêt (rue de la Monnaie), une maison de correction (rue du rempart).

Il existe également des maisons d'arrêt à Lunéville, Toul, Vic et Sarrebourg.