source : article d'Alexandre Martin dans Le pays lorrain année 1912 page 269

Gouvernement militaire et généralité

Dans la province de Lorraine et Barrois, constituée immédiatement après l'annexion de 1766, le monde officiel vit de ses charges, emplois, honneurs et bénéfices. L'organisation politique et sociale qui les lui a conféré et qui est plus que séculaire, semble les lui garantir pour un avenir indéfini.

Lorraine et Barrois formaient un Gouvernement militaire, qui avait à sa tête M. Le Duc de Fleury, gouverneur général, lequel vivait à la Cour de Versailles, ainsi  que le lieutenant-général du Gouvernement, M. le duc de Nivernois. Le commandant effectif était exercé par M. le maréchal-comte de Stainville, commandant en chef, assisté  de M. le marquis de Choiseul-La Baume et de M. le marquis de Chamborants, commandant.

Les places de guerre avait des gouverneurs, tous gentilshommes, mais pour la plupart, moins grand seigneurs que les précédents. le duc de Fleury était censé gouverner Nancy, par l'intermédiaire de MM. d'Authieulle, lieutenant du Roi et de Valbonne, lieutenant du Roi adjoint. M le baron de Frondad, commandait à Bitche, M. le chevalier de Culture à Marsal, M. Le comte de la Touraille à Sarreguemine, M. le maréchal-prince de Beauveau à Bar, M. Le comte de Bercheny à Commercy, M. de Boisgelin à Saint Mihiel, M le duc du Châtelet à Pont-à-Mousson, M; Le comte d'Haussonville à Mirecourt, M Le maréchal-comte de Stainville à Epinal, M. le comte d'Avarey à Neufchâteau.

Beaucoup plus petits personnages étaient les sept commissaire des guerres Collot, Guerrier-Dumast, Potier, de Valcour, d'Origny, de Crochard et Goupi de Morville, ainsi que le commandant de l'artillerie de Fériet, le commissaire des poudres Thouvenel, le garde-magasin des vivres Hocquet, et le directeur des étapes Gaillot.

Le véritable maître de la province était l'intendant, M. de La Porte. En réalité, dans l'organisation, l'institution des généralités surpassait en importance celle des gouvernements militaires. Pris dans la haute bourgeoisie ou dans la noblesse de robe, les intendants biens inférieurs aux gouverneurs dans la hiérarchie sociale, leurs étaient très supérieurs par les pouvoirs dont ils disposaient ; ils étaient les agents directs du Roi, en correspondance perpétuelle avec lui et ses ministres, les exécuteurs dociles de la monarchie absolue.

L'intendant de la Généralité de Lorraine et Barrois avait sous ses ordres trente sub-délégués. Si dans la liste de ces trente subdélégations on voit figurer les sous-préfectures des départements, d'autres avaient comme sièges des localités comme Blâmont, Boulay, Bruyères, Darney, Etain, Thiaucourt...

La plupart des délégués étaient de simples roturiers : celui de Nancy s'appelle Mengin de La Neuville, celui de Lunéville Lasnières , celui de Bar, Lallement, celui d'Epinal de Rosières, celui de Saint Dié, Petitmengin.

Le Parlement

Gros personnages se croient et sont Messieurs de la Cour de Parlement, établie à Nancy. La juridiction du Parlement de Nancy ne s'étend pas sur le Barrois mouvant, qui se trouve dans le ressort de celui de Paris.

Le parlement Lorrain compte :

  • un premier président, Messire Michel-Joseph de Couerderoy,
  • six présidents-à-mortier, Messires de Vigneron, de Sivry, de Crepey, de Perrin,Rouot de Flin et Collenel.
  • quatre conseillers-prélats, MM de Fontanges, évêque de Nancy, de Champorcin, évêque-comte de Toul, de Chaumont de la Galaizière, évêque-comte de Saint-Dié, et de Mahuet de Lupcourt, grand-doyen de l'église cathédrale-primatiale,
  • trente-et-un conseillers ordinaires, dont le doyen est M. Claude-Charles-François Sallet.

Les gens du Roi (équivalent du Parquet) comprennent :

  • Le procureur-général de Lorraine et Barrois, Messire Pascal-Joseph de Marcot
  • le procureur-général en survivance, Messire Philippe-Pascal de Marcol de Manoncourt,
  • deux avocats généraux, MM Charvet de Blénod et Rolland de Malleloy
  • six substituts
  • quatre substituts-surnuméraires.

Le Greffe comprenait :

  • trois greffiers en chefs
  • deux secrétaires, deux greffiers des audiences
  • cinq greffiers-commis

Il y a 255 avocats pour le parlement de Lorraine, 26 procureurs et 16 huissiers.

La Chambre des Comptes, Cour des aides et monnaies

  • Premier Président : Messire Antoine-François, comte du Bois de Riocourt
  • ,Deux présidents : Messires Christophe-Michel Le Febvre de Montjoye et Léopold-Charles Le Febvre
  • Dix-huit conseillers
  • Un procureur général : Messire Dominique-Marc Anthoine
  • Un avocat général
  • Un substitutUn secrétaire
  • Un greffier

A Bar-le-Duc, il subsiste pour le Barrois la Chambre du Conseil et des Comptes.

Les magistrats des Baillages Royaux

Il y a en Lorraine et Barrois trente-quatre baillages (assimilables au ressors de nos tribunaux d'instance), dont le plus important est Nancy.

  • Le Bailly d'épée : Messire André-Hercule de Rosset duc de Fleury, pair de France
  • Lieutenant général : M. Mengin de la Neuveville
  • Un lieutenant général de police
  • Un lieutenant particulier civil et criminel
  • Un assesseur civil et criminel
  • Six conseillers
  • Un avocat du roi
  • Un procureur du roi
  • Un greffier en chef
  • Des greffiers-commis
  • Un secrétaire
  • Seize procureurs
  • Vingt-deux huissiers
  • Dix-huit conseillers du roi notaires.

Les impôts

Les deux receveurs généraux des Finances de Lorraines et Barrois, MM de la Freté et Auguié,l'un pour l'exercice pair, l'autre pour l'exercice impair.

Le receveur principal en résidence à Nancy était M. Guérin, le cadet. Il avait sous ses ordres vingt-cinq receveurs particuliers, répartis sur le territoire.

Une administration générale des bois comptait un receveur général M. Guilzot, et quatre receveurs particuliers.