généalogie et histoires lorraines

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Liste des maires de Gérardmer

mardi 2 octobre 2012, par Anne Auburtin

 

Listes des maires :

  • Bédel (1797).
  • Chipot (1681-1725-59-66-90).
  • Claude (1716-24).
  • Coultret (1626-1704-1757-1771).
  • Coanus (1737).
  • Costet (1729).
  •  Crouvezier (1732).
  •  Cuny (1761-1800).
  • Defranoux (1698-1731-45).
  •  Daniel (1713).
  • Didier (1769-80-85-86).
  • Dieudonné (1664).
  • Estienne (1693-1783).
  • Ferry (1676).
  • Fleurance (1781).
  • Garnier (1792 à 95).
  • Gegoulx (1723-47-58-98-72-89).
  • Georgel (1753-1816).
  • Gérôme (1726).
  • Gley (1673-74-79-82-88-89-1709).
  • Grossire (1678-1705-60-78).
  • Guerre (1692).
  • Haxaire (1770).
  • Le Comte (1695-1715).
  • Le Roy (1719-30-44-46-49-51).
  • Marchai (1777).
  • Martin (1706-42-52-65-73-1892).
  • Maurice (1683-90).
  • Machel (1717-91).
  • Morel (1685-1748-68-75).
  • Mougel (1665).
  • Pierrat ('1680-84-96-1736-55-56-62-82).
  • Paxion (1700-.1-2-3-22).
  • Perrin (1711-50).
  • Pierrel (1763).
  • Remy (1754-1779).
  • Simon (1677).
  • Thomas (1740-84).
  • Valentin (1764).
  • Viry (1619-94-1708-10-12-48-20-21-23-34-35-38-39-41-43-67-74-76-87-96-99-1801 à 1815).
  • Villaume (1714-28).
Deux ans plus tard l'Assemblée municipale fut renouvelée; les séances d'élection eurent lieu à l'église, sous la présidence de l'abbé J.-George Colin (7, 8, 11 Février 1790).Les fonctionnaires élus - au scrutin secret - furent : le maire, le greffier, le procureur, 8 députés (qui prirent le nom d'officiers municipaux dès le mois de Juillet de la même année), et 18 notables.

Voici les noms de ces fonctionnaires

  • Président : J.-G. Colin, prêtre-vicaire en chef.
  • Maire : Nicolas Chipot, rentier.
  • Procureur : Antoine-Benoît Claudel.
  • Greffier : Nicolas Lasausse, marchand.
  • Députés (8) : N. et G. Grossire. - P. Viry. - D. Martin. - J. Pierrat, marcaires. - C. Simon, aubergiste. - A. Gegout, cordon-nier. - J. Michel, marchand.
  • Notables (18) : J.-B. Morel, marchand. - N. Pierrel, tissier. - B. Viry. - H. Haxaire. - J. Tisserant. - N. Martin. - J. Remy. - J. Pierrat. - N.-J. Thomas. - D. Pierrat et J. Parmentelat, marcaires. - J.-B. Doridant. - S. Parmentelat et G. Jacquat, cossons. - J. Thomas, meunier. - J.-B. Fleurante, boucher. - J.-B. Masson, chirurgien. - N. Perrin, vieillard.

L'assemblée municipale prit le nom de CONSEIL MUNICIPAL dès l'an IX. A cette époque elle était composée de :

  • Président :N. Cuny,
  • secrétaire : Gegout, 
  •  18 membres : C. La Ruelle. - E. Gegout. - N. Coutret. - N. Martin. - J. Bédel.-  C. Viry. - D. Villaume. - Demangeat. - Ant. Pierrel. - N. Didier. - J.-B. Garnier. - J. Georgel. - S. Thomas. - N. Martin.-    N. Jacquot. - T. Michel. - V. Florence. - J.-B. Gravier.

Liste des prêtres de Gérardmer (1686-an II)

Liste des prêtres-vicaires en chef qui desservait l'église de Gérardmer.(Annexe de la cure de Corcieux), 1686-1789.

  • 1686-1698, l'abbé Gabriel Coppat.
  • 1698-1700, id. Claude-Joseph Poirot.
  • 1700-1703, id. Nicolas-François Besançon.
  • 1703-1711, id. François Mallet
  • 1711-1720, l'abbé Joseph Pierrot.
  • 1720-1726,id.Laurent Gouvenant.
  • 1726-1759, id. Claude-Antoine Poirot.
  • 1759-1761, id. Nicolas-Laurent Perry.
  • 1761-1766, id. Pierre-Léopold Jardot.
  • 1767-1780, id. Nicolas Georgel.
  • 1780-an II, id. Jean-George Colin.

Les entrants à Gérardmer (1721 - 1774)

Les entrants

  • 1721. C. Colin. - J. Gonand. - J. Toussaint le Jeune. - J.-J. Pierrat. - D. Daniel. - J.-J.-A. Cuny. - G. Martin. - C. de Franoux. - A. et N. les Cuny.
  • 1722. Veuve H. Arnoult. - L. Clément.
  • 1723. D. Morel. - J.-J. Pierre. - Q. Chanel. - N. Bastien. - P. de Franoux.
  • 1724. C. Martin. - Gérard-Gérard-N. Michel. - E. Bédel. - E. Claudel. - J.-N. Cuny. - N. Demarchal, chapelier. - P.-L. Gérard. - J. Costet.
  • 1727. J. Berson, de Vaunilair. - A. Mougin, de Vagner.
  • 1728. C. Jolé, franc de Granges. - Mani, de Martancourt (Mattaincourt).
  • 1738. C.-F. Febvez, de Vagnez. - N. la Coste, de Tendon. - J. Grégoire, de Vagnez. - N. Genay, de Vagney. - A. Perrin, du Tolly. - B. Bombaude, de Champdray. - G. Pierrat, de Saint-Aurez. - S.-J. Renaud, chirurgien, de Mirecourt.
  • 1739. D. Remy, de Vagney. - J. Pierrot, du Tolly. - J. Claudel, de Vagney. - N. Demangeat le Jeune, du Bon homme. - N. Liégier, saunier, de Bruières. - J. Pierrot, de Grange. - J.-N. Bastien, du Toly.
  • 1740. P.-F. Petey, chirurgien, de Gerbépal. - J.-I. Arnoux, de La Bresse.
  • 1741. B. Thomas, de Vagney. - G. Costet, de Chendrey. - J. Tisserant, d'Alsace. - Veuve J. Hingré, de Dommartin.
  • 1742. N. Bastien, de Grange. - J.-M. Claudel, de Vagney. - G. Chipot, d'Alsace. - Veuve Argillier, de Sendiez (Saint-Dié).
  • 1743. J.-M. Thomas, de Vagney. - G.-J. Michel, de Vagney. - J.-L. Hans, de La Bresse. - Veuve A. Florent, d'Aunou (Anould). - J. Pierre, du Toly. - T. Simon, du Toly. - J. Jacquel, de Gerbépal.
  • 1744. D. Lecomte, de Vagney. - C. Mougel, de Vagney. - P. Pierrat, du Toly. - D.-J. de Franoux, de Vagney. - J. Martin, de La Bresse. - Veuve P. Michel, de Doselle (Docelles).
  • 1745. B.-J. Cuny, de Vagné. - J. Le Comte, de Vagné. - J. Simon le Jeune, de Fraice. - L. François, de Chandray. - J. Bastien, du Tolis. - Veuve N. Genet, du Tolis. - Veuve le Saille, de Chandray.
  • 1746. V.-M. Thomas, de Vagney. - G.-C. de la Levée, du Valtin. - Veuve G. Cuny, de Corsieux.1747. L. Demangeat, boitelier. - J. Durain, locataire, de Fachepremont. - G. Jacquel, du Valtin. - C. Moulin, du Tiliot (Thillot).
  • 1748. P.-S. Le Roy, du Valtin. - N.-J. Valentin, de Vagnié. - J.-J. Bontems, de Vagnié. - B.-N. Framont, de Grange. - F. Moze. - J.-B. Michel, de Vagnié. - J. Valentin, d'Alsace. - A. Fleurence, de Corcieux. N.-B. Thomas, de Vagnié.
  • 1749. G. Remy, de Granges. - J. Pierre, du Tolis. - C.-M. Thomas, de Vagnié. - Veuve B. Arnould, de La Bresse. - E. de Franoux, de Chandray. - N. Aurez, de Vagniez. - N. Georgel, de Granges.
  • 1750. C. Barnet, de Rochesson. - G.-V. Valentin, de Rochesson. -         Veuve. J. Fleurante, de Sainte-Marie. - J.-N. André, d'Epinal.
  • 1751. C. Thiéry, du Valtin. - J.-F. Michel, de Rochesson. - J. Toussaint, de Vagné. - J. Jacquot, forestier, de Grange.
  • 1752. J.-J. Pierrat, de Viuchibure (Vichibure). - N.-N. Cuny, du Vazro.
  • 1753. Veuve H. Arnoux. - Veuve D. Remy. - S. Petit, locataire, de Grouvelin. - S.-Nicolas Aimé, garçon. - N. Délon. - J. Coutret. - J. Le Clerc.
  • 1754. S.-M. Thomas, de Saint-Georges. - C. Pierre, dit la Chauve. Veuve R. Demangeot. - V. Coanus. - Veuve J. Chipont. J. Pierron.
  • 1755. Veuve J. Claude, de Remiremont. - N.-J. Toussaint, de Ban-le-Duc. - Jac. Houot, de Tandon. - Dom. Le Comte, de Grange. - J. Tisserant, de Bar-le-Duc. - Veuve CI. Joley, de Grange. - J. Aubertin, de Gerbépal.
  • 1756. Veuve N. Viry, du Tholy. - N. Viry, du Tholy. - Ant. Antoine, de Ban de Vagney. - J. Marchai, du Valtin. - J. Pierrat, de La Bresse. - D. Parmentelat, de Martin prey. - C. Garnier, de Ban de Longchamp.
  • 1757. J. Didier, de Dommartin. - N. Pierrel, du Tholy. - C.-J. Toussaint, du Tholy. - J.-B. Fery, de Rochesson. - N.-D. Pierrat, de Vagney. - D. Florance, de Ban-le-Duc.
  • 1758. Veuve C. Délon, de Chandray. - N. Liégey, de Sauxure (Saulxures). - J.-G. Jacquel, de Martimprey. - J. Antoine, de Corcieux. - S. Tisserant, de Grange. - H. Claude, de Fraize.
  • 1759. G.-C. Viry, de La Bresse. - N.-D. Ferry, de Rochesson. - Veuve G. Toussaint, de Rochesson. - C. Garnier, de Dommartin. - V.-Th. Michel, de Granges. - J.-V. Valen­tin, du Valtin. - Veuve N.-J. Michel, de Rochesson.
  • 1760. Veuve J. Cuny, du Tholy. - D. Viry, du Tholy. - Veuve N. Jeandin, de Saint-Diez. - M. Perrin, de Vagney. - Veuve Sr Declan, d'Épinal. - N. Batail, du Valtin. - Jacq. Tisserant, de Corcieux. - J. Georgel, d'Anould.
  • 1761. J. Durand, du Tholy. - Veuve J. Blaise, d'Épinal. - Veuve J. St Dizier, de Rochesson. - J.-B. Ferry, de Rochesson. - L. Doridant, de Grange.
  • 1762. G. Viry, de St-Jean-du-Marché. - F. Didier, de Rochesson. - J.-C Morand, de Remiremont. - F.-J. Claude, de Remiremont. - Veuve Cl. Lalevée, du Valtin. - D. Doridant, de Chandray.
  • 1763. J. Fleurante, d'Orbé (Orbeys). - A. Barnet, de Rochesson. - Q. Gérard, de Ravon (Raon).
  • 1764. S. Bertran, du Valtin. - M. Mougel, de Rochesson. - J.-P. Amé, de La Bresse. - J. C., invalide, venant du service du roi.
  • 1765. A. Le Roy, de Viauménil (Vioménil). - C. Thomas, de Ro­chesson
  • 1766. F. Délon, de Chandray. - J. Viry, du Tholy. - L. Villaume, de Bufontaine (Biffontaine). - J. Mougel, de Rochesson. - J.-J. Valentin, de Rochesson. - J. Toussaint, de Vagné. - J.-B. Bédel, de Corcieux. - J. Cuny, de Grange.
  • 1767. Veuve Viry Mougel, de Rochesson. - L. Michel, de La Bresse. C.-A. Remy, de La Bresse. - B. Perrin, de La Bresse.
  • 1768. G.-M. Thomas, de Rochesson. - J. Gravier, de Rochesson.
  • 1769. G. Maurice, du Tholy. - J. Délon, de Vagney. - F. Fran­cois, du Tholy. - Veuve S. Thomas, de Rochesson. - J. Bertrant, de Ban-le-Duc. - H. Claude, de Fraize. -F.   le Doux, débitant de tabac, de Granges.
  • 1770. J.-B. Defranoux, du Tholy. - Cl. La Côte, de Vagney. -G. Crouvezier, de Rochesson. - G.-J. Valentin, de Vagney. -         J.-J. Henry, de Rochesson.
  • 1771. J. Vincent, de Fraize. - J.-J. Thomas, de Rochesson. - N.-J. Le Roy, d'Épinal. - J.-C. Perrin, de Gerbépal. - C.-J. Doridant, du Tholy.
  • 1772. N. Paxion, avocat, de Craon. - N. Georgel, de Granges. -  J.-F. Didier, de Neyemont (Ban-de-Sapt). - E. Mougel, de Rochesson. - J.-N. Cuny, de Rochesson. - J.-N. Defranoux, du Tholy. - J.-H: Berguant, de Vagney.
  • 1773. Veuve N.-F. Roult, de Craïon (Craon). - C.-C. Martin, de Clevecy (Clefcy). - N. Délon, de Granges.
  • 1774. F. Hubert, du Tholy. - G. Defranoux, de Rochesson. - J. Simonin, de Florence (Italie). - F. Arnoux, de La Bresse.

Devenir Bourgeois à Gérardmer

Les habitants de Gérardmer étaient des bourgeois ; aussi tout étranger qui voulait élire domicile dans cette localité était-il tenu à certaines formalités relatées dans le règlement, en date de 1581, que firent les habitants de Gérardmer. Ce règlement fut approuvé par S. A. R. le duc de Lorraine ; en voici le texte :

RECETTE en deniers à cause d'entrée defforains qui s'habituent et prennent bourgeoisie au lieu de Géramer.

Son Altesse a, de son autorité, agréé, confirmé l'édict que les manans et habitans de Géramer ont faict entre eulx pour les defforains cy après seront en volonté se retirer au dict Géramer, sçavoir : que tous et ung chacun qui, à l'avenir, se présenteront pour s'y domicilier et prendre bourgeoisie, seront tenus faire paroistre par lettres d'attestation auctentiques de quel lieu, extraction et comportement ils sont ; davantage, premier en avant qu'estre receu pour bourgeoy, ung chacun d'eulx sera tenu payer quarante francs d'entrée pour une fois, sçavoir vingt francs ès mains de notre Receveur d'Arches et aux vénérandes Dames abbesse, doyenne et Chapitre de l'Eglise Sainct-Pierre de Remiremont parmoitié, et les aultres vingt francs aus dicts habitans pour estre convertis à l'usage et proffit du publique et non aultrement...  

Pour devenir bourgeois de Gérardmer l'étranger était donc obligé d'acquitter la taxe de 40 francs et de fournir ce que nous appelons aujourd'hui un certificat de bonne vie et moeurs. L'acte de réception, comme bourgeois, de Simonin (1693), stipule expressément :

Que le nouvel entrant ne devait intenter aucun procès, débat,rancunes ny difficultés contrela communauté, les bourgeois ni leshabitants du dit lieu, sans subject et cause légitime bien recognue,à peine d'estre dejeitté (déjeté) de la communauté et privé du dit droit de bourgeoisie et de tous dépens, dommages et interest à récupérer contre lui ayant y celuy acceptant satisfait les sommes statuées sur les nouveaux entrantz.

Le nouveau bourgeois s'engageait en outre à payer sa cote part de tailles, subsides, impositions, logements et autres taxes...

Les admissions au droit de bourgeoisie furent rares au XVIesiècle; en 1593, il n'y eut que celle de Nicolas Gary, dit Franoult, qui devint la souche d'une famille impor­tante, répandue dans le département, celle des Defranoux (de Franoult, de Franould, de Franoulx, de Franoux puis Defranoux).

A partir de 1600, les étrangers vinrent en grand nombre à Gérardmer; cette intrusion engagea les habitants à solliciter du duc de Lorraine l'autorisation de porter le droit d'entrée à 150 francs, applicables, savoir : 40 francs par moitié au duc et au Chapitre, 30 francs à la fabrique de l'église et 80 francs à la commune (1609).

Les suppliants motivent ainsi leur réclamation :

La modicité du droit d'entrée n'empêche pas l'entrée des étrangers et de s'y rendre bourgeois; les uns par mariage avec nos filles par eux abusées, les autres pour la commodité de voguer en Allemaigne toute voisine, s'en voiant croître le nombre de jour en jour, si que pour la juste crainte que les dits remontrans ont que tel peuplement de personnes étrangères sans moyens peü que soit, art ny practique quelconque en leur dit village, ne leur apportent enfin ruine et pauvreté, à cause qu'il y a de quoi l'exercer au labou­rage pour la stérilité et frigidité du climat, ny moïen d'y vivre que par le maniement du leur bétail. . . .

Le duc fit droit à la demande des requérants, mais il abaissa la taxe d'entrée à 100 francs, dont la moitié revenait au duc et au Chapitre, l'autre moitié aux habitants.
  • 1618, Michiel Jehel de Rehapal (Rehaupal) fut reçu bourgeois à Gérardmer ;
  • 1679, ce fut Nicolas de La Levée,ancêtre de la famille des Lalevée ;
  • 1693, la communauté reçut comme bourgeois Nicolas Simonin,savoyard natif de la Valdotte, dont les descendants forment une nombreuse famille ;
  • 1696, ce fut Georges Jollé, de Liézé (Liézey), paroisse de Champdray, qui acquitta le droit de bourgeoisie.
  • 1775.
    • Jean-Joseph Henry, venant de Rochesson.
    • Jean-Joseph Valance, de Gerbépal.
  • 1776.
    • Bastien Beidel, de Corcieux.
    • Claude-Mathieu Claudel, de La Bresse.
    • Jean-Baptiste Gérard, chirurgien, venant du Tholy. J
    • ean-Baptiste Sevrin  venant de Gerbépal.
    • Joseph Perrin,  de La Bresse.
    • Nicolas Claudel, venant de Rehaupaux (Rehaupal).
  • 1780.
    • Martin Mougel, venant de La Bresse.
    • Amé Perrin,
    • Jean-Baptiste Cunin, venant de Tholy.
  • 1782.
    • Nicolas Houberdont, de Viménil.
    • Valentin Thomas, venant de Chaudray (Champdray).
    • Joseph Demange, de Rochesson.
    • François George, venant de Toli (Tholy).
  • 1783.
    • Le Comte, de  Granges.
    • Amez Houat, de  Tendon.
    • Joseph Demangelle, de Fresse.
  • 1784.
    • George Marion, de La Bresse.
  • 1785.
    • Dominique Grégoire, de Buvacôte (Bouvacôte).
    • Jean-Nicolas Buffet, de Tendon.
  • 1786.
    • Sébastien Mougin, de La Bresse.
    • Nicolas Colnel, de Beillard.
    • Jean-Joseph Boulay, de Saint-Amé.
  • 1788.
    • Ant.-Benoît Claudel, de La Bresse.
L'étranger qui épousait une jeune fille de Gérardmer devenait, ipso facto, bourgeois du pays ; aussi beaucoup de nouveaux venus surent-ils par le mariage se soustraire à la taxe de 100 francs.
  • En 1684, ce fut Claude Garnier, venant de la paroisse de Saint-Nabord, qui épousa Marguerite Claudon, de Gérardmer,et prit de la sorte son droit de cité ; il fut l'ancêtre de la famille Garnier-Thiébaut actuelle.
  • En 1700, "Martin Perrin, fils d'Anthoine, natif de La Valdotte, épousa la fille de deffunt Laurent Gley." Ce fut l'ancêtre de la famille Perrin dont M. Jean-Baptiste Perrin, fabricant de toiles, est un représentant.
Le mouvement d'immigration de Savoyards se continua dans le commencement du XIXe siècle ; en 1818, un nommé Marulaz, vint, d'Epinal, s'établir à Gérardmer; il y épousa - à l'âge de 19 ans - Marie-Agathe Martin et eut de son mariage plusieurs enfants qui vivent encore. Ce Marulaz était fils d'un marchand ambulantnstallé à Epinal depuis 1815, natif de Morzine (Haute-Savoie), de la même famille que le général Marulaz.

Description de Gerardmer

Sources : Département des Vosges Léon Louis et Paul Chevreux,1889, (réédition Res Universis)

Description :

A 41 km d'Épinal et 29 de Saint-Dié,  Gérardmer est traversée par la Vologne et le ruisseau de la Jamagne, entourée des trois lacs de Longemer, Retournemer et Gérardmer.

 

"Si ce n'to d'Girômé, enco en peu d' Nancy, quo c'que c'serô d'lé Lorraine" (Sans Gérardmer et un peu Nancy que serait-ce de la Lorraine - Proverbe de Gérardmer)

Les hameaux (en 1867) :

  • Les Bas-Rupt (535 habitants, 105 maisons
  • Les Basses-aux-Beillard (61 habitants, 12 maisons)
  • Beillard (546habitants, 120 maisons)
  • La Cercenée (112 habitants, 20 maisons)
  • Les Cuves (27 habitants, 7 maisons)
  • Les Fées (458 habitants, 95 maisons)
  • Les Gouttridos (191 habitants, 44 maisons)
  • La Haie-Griselle (730 habitants, 89 maisons)
  • Kichompré (400 habitants, 70 maisons)
  • Le Phény (315 habitants, 67 maisons)
  • La Rayée (339 habitants, 72 maisons)
  • Les Rellegouttes (63 habitants, 16 maisons)

Les écarts :

  • Le Bas-du-Bas-Rupt (27 habitants, 6 maisons)
  • Le Bas-du-Beillard (46 habitants, 9 maisons)
  • Basse-Cheniquet (30 habitants, 6 maisons)
  • Belbriette (35 habitants, 6 maisons)
  • Le Blanc-Ruxel (43 habitants, 8 maisons) 
  • La Brande (32 habitants, 6 maisons)
  • Cellé (18 habitants, 4 maisons)
  • La Chenezelle (15 habitants, 3 maisons)
  • Corsaire (32 habitants, 6 maisons)
  • Le Corsaire (17 habitants, 4 maisons)
  • Au Cresson (15 habitants, 4 maisons)
  • Derrière le Lac (29 habitants, 7 maisons)
  • Goutte-des-Tats (23 habitants, 5 maisons)
  • Goutte-du-Chat (24 habitants, 6 maisons)
  • Les Granges-Bas (42 habitants, 8 maisons)
  • Grosse-Pierre (12 habitants, 3 maisons)
  • La Haleuche (16 habitants, 3 maisons)
  • Les Hautes-Vannes (26 habitants, 5 maisons)
  • Les Hauts-Rupts (28 habitants, 6 maisons)
  • Le Kertoff (48 habitants, 6 maisons)
  • Naiemont (26 habitants, 5 maisons)
  • Noir-Rupt (42 habitants, 8 maisons)
  • Le Paye (13 habitants, 8 maisons)
  • Les Plombes (15 habitants, 8 maisons)
  • Les Poncés (16 habitants, 4 maisons)
  • La Poussière (22 habitants, 5 maisons)
  • Ramberchamp (26 habitants, 5 maisons)
  • Retournemer (18 habitants, 4 maisons)

Les fermes :

  •  Balveurche,
  • La Beuchotte
  • Le Biazot
  • Les Bloqués
  • La Broche du Lard
  • La Brochotte
  • Cerceneux-Mougeon
  • Fachepremont
  • Fontaine-Gilet
  • Fremont
  • La Grange-Mauselaine
  • Grouvelin
  • La Grosse Grange
  • Grange de Cheny
  • Goutte-Lagelot
  • La Grange-Claudon
  • Giraurd-Firance
  • Grande Goutte
  • La Grange Colin
  • Grange Idoux
  • La Grangeotte
  • Les Hautes-Royes
  • Haut Corsaire
  • Le Hantz
  • Le Haut-Poirot
  • Launard
  • Mizelle
  • Mérelle
  • Le Noir Ruxel
  • Le Pré Falte
  • Pré Chaussotte
  • Pré Georges
  • Le Planot
  • Pente-Goutte
  • Peut-Pré
  • Pré Jean-J'espère
  • Le Poli la Chêne
  • Le Roulier
  • Rond-Pré
  • Saint Jacques
  • Les Vazinés
  • Vologne
  • Xégoutté

Habitants :

Années

Habitants

1555110
1630425
1678154
1710511
an XII4423
18305 100
18475 625
18676 225

Les cultures et industries (en 1867) :

  • Sur 8 649 hectares, 580 sont en terre labourable, 2 050 en prés, 5 530 en bois, 4 en jardins, vergers,Chènevières 484 en friches. Les cultures principales sont l le seigle, l'orge, l'avoine et la pomme de terre.
  • Quelques carrières de granit à ciel ouvert
  • On y trouvait 1 tissage mécanique de toile de lin (220 ouvriers), 2 blanchisseries (40 ouvriers), 1 ateliers de bois de brosses (160 ouvriers), une boissellerie (70 ouvriers) 1 fabrique de pâte à papier (40 ouvriers), 1 fabrication de toiles à bras à domicile (1 200 ouvriers), 1 fabrique de feutre (45 ouvriers)
  • Les principaux commerces sont les toiles, bois de brosse, pâte à papier et à carton, fromage (Gérômé).

La ferme du Vinot

 

Cette ferme était située au centre de Gérardmer.

Le plan et la disposition des pièces sont très curieux, témoin d'une conception architecturale de la ferme vosgienne différente des maisons à rains.

La caractéristique est la grande pièce centrale - cuisine ou pièce commune - ne recevant de jour qu'indirectement, par les autres pièces de la maison. Au dessous s'ouvrait la grande cheminée dont l'ouverture inférieure occupait pratiquement la moitié de la surface du plafond et montait en se rétrécissant jusqu'au toit.

 

Autour de cette grande pièce on trouve les chambres à coucher, le(s) chambre(s) à métier, l'écurie et les remises.

 

Le tissage :

Jadis, le lin était récolté à Gérardmer même où il était rifflé et teillé, puis filé au rouet pendant l'hiver. dans chaque ménage, on trouvait un métier sur lequel on tissait la grisette, toile écrue ou tramée de coton pour les besoins de la famille. Avec les étoupes, on fabriquait une toile grossière destinée à confectionner des sacs.

Le tissage , dès la fin du XVIII° siècle, ne fut plus exclusivement familial. Des ouvriers travaillèrent à façon puis allèrent porter leurs produits sur les marchés voisins. On commença à blanchir la toile sur le pré.

Vers 1840, quelques tisserands, devenus des fabricants, allèrent à Lille acheter du fil mécanique, plus régulier que celui fait à la main. Dès lors l'industrie du tissage se transforme, les métiers se perfectionnent. Il y a  alors plus de 1 200 métiers à main et 150 mécaniques. Jusqu'en 1872, le commerce se fait sur place, avec les alsaciens et les tisserands travaillent encore à Domicile.

L'annexion de l'Alsace oblige à rechercher d'autres débouchés. La réputation de la toile vosgienne s'étend, le chemin de fer arrive au bord du lac, les usines se multiplient. La fabrication de la grisette est abandonnée. On produit surtout des linges de table tissés dans les usines et le tissage à la main ne se pratique plus guère que l'hiver pour des tissages très fins. Il ne reste plus que 400 métiers à main pour plus d'un millier de métiers mécaniques. Le blanchiment, favorisé par l'utilisation des eaux de montagne, continue à se faire sur pré de mai à octobre.

Ce n'est qu'à la fin du XIV° siècle qu'on transformera aussi sur place les tissus en produits transformés.

Liens :