généalogie et histoires lorraines

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Category VILLES ET VILLAGESLorraineMoselle › Sierck-les-Bains

Fil des billets - Fil des commentaires

Sierck-les-Bains

lundi 2 septembre 2013, par Anne Auburtin

Sources :
  • Département de la Moselle, dictionnaire historique des communes, Verronnais, 1844
  • Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle.

Ville située sur la rive droite de la Moselle et sur la route royale de Metz à Trèves, à 47 Km de Metz et 20 de Thionville.

Village de l'ancienne province de Lorraine, la coutume de Lorraine était suivie à Sierck.

Annexes :

  • Village de Rustroff
  • hameau de Rudling et d'Altenschütz
  • ferme de Knuberg ou Koenigsberg
  • moulins de Marienflosse, Scheffmühl et Petite-Huilerie
  • l'écart de Walkhausen

Activités (en 1844) :

  • Chef-lieu de canton, bureau principal des douanes, perception des contributions directes, recette des contributions indirectes, brigade de gendarmerie, postes aux lettres et aux chevaux ;
  • École fréquentée, par 300 enfants des deux sexes, collège communal, pensionnat de demoiselles ;
  • Grande et belle huilerie ; tanneries nombreuses et renommées, une tuilerie.
  • Foire : le mardi de Pâques, le lundi après le 8 septembre ; chevaux et bestiaux, mercerie et quincaillerie ;
  • Marchés : les mercredi, vendredi et samedi ; grains, fruits, légumes, volailles.

Le collège (en 1844) :

Le collège,  établi dans l'ancien couvent des récollets à Sierck, qui date de 1627, est dirigé par des professeurs ecclésiastiques, sous la protection de M. l’évêque de Metz.

Il compte 70 élèves internes et 45 externes ; le prix de la pension est de 350 francs.

Blason :

blason_sierck-les-bains.JPG

La petite ville de Sierck, seigneurie de nom et d'armes, a donné son nom à une maison de l'ancienne chevalerie de Lorraine qui s'est éteinte, au XVI° siècle , après avoir produit de nombreuses illustrations; cette maison portait : d'or à l'aigle de sable et prit ensuite : d'or à la bande de gueules chargée de trois coquilles d'argent, qui sont restées les armes de Sierck. 

Histoire :

Sierck était devenu au XIV° siècle le domaine particulier des ducs de Lorraine et une de leurs résidences favorites. Beaucoup de monnaies lorraines y furent frappées, notamment sous le duc Charles II. Les ducs y avaient établi une prévôté dont dépendaient trente villages, qui fut cédée à la France par suite de l'article 5 du traité de Vincennes, en 1661, et réunie à la province des Trois-Évêchés.

Avait été siège d'une prévôté du duché de Lorraine qui subsista sous le ressort des Évêchés en 1661 et qui comprenait les communautés suivantes du diocèse de Metz : Aboncourt, Altroff,Bettlainville, Budange, Eich Hombourg, Kédange , Kemplich Métrich, Metzerwisse, Neunkirch , Saint-Hubert; du diocèse de Trèves : Apach, la Croix, Fréching, Frémestroff ( Prusse), Hargarten, Kalembourg, Kaltveiller, Kerling, Kiang, Basse-Kontz , Haute - Kontz, Laumesfeld, Lemestroff, Mailing, Monneren , Montenach, 0udren , Rettel, Rudling, Rustroff, Saint-François, Sainte-Marguerite, Sierck, Haute-Sierck, Sierstroff (Prusse), les censes de Restroff et de Koenigsberg, les moulins de Marienfloss et de Sulzen.

 Était le siège d'une cure du diocèse de Trèves (archid. de Tholey, doy. de Perl).

Fut le chef-lieu, en 1790, d'un canton du district de Thionville qui comprenait les communes d'Apach, Evendorff, Hettange-Petite, Hunting, Kerling et Fréching, Kirsch, Kirschnaumen, Lemestroff, Mailing, Merschweiller, Montenach , Rettel, Rustre, Sierck et Haute-Sierck, et conserva ce titre sous l'organisation de l'an III.

Passa en 1802 dans le canton de Launstroff, puis fut, par décret du 18 juillet 1806, érigé en chef-lieu de ce canton, dont la composition, qui comprenait à l'origine 44 communes, fut réduite par le décret du 6 juin 1811, lequel réunit Haute-Sierck à Kerling-lez-Sierck, communes du canton de Metzerivisse, et par les traités de 1815, qui lui enlevèrent Biring, Buding-lez-Launstroff, Buschdorlf, Dreisbach , Efft et Hellendorff,
Kirff et Beyren , Mondorff-lez-Groshémestroff, lriolln, Oberlecken, Orcholtz, Schwenaling et Bessering, Silving, Tunstroff, Welting et Betting, Veiler, Weiten et Willing, communes qui furent attribuées à la Prusse. D'un autre côté, une ordonnance en date du 28 décembre 1825 réunit au canton de Sierck Haute-Sierck, Kerling-lez-Sierck et Mailing, du canton de Meizerwisse. 

La ville de Sierck est dominée par un ancien château fort, résidence des Ducs de Lorraine, qui, jusqu'en 1866, était classé comme place forte et entrait dans le système défensif du pays; il a été à cette époque déclassé et vendu.

Anecdotes :

1838 :

  • M. KRUSCH a légué à la fabrique de l'église la somme de 340 fr. Legs autorisé par ordonnance royale du 16 mars 1838.

1841 :

  • Les époux BROUTTSCHERT ont fait don à la fabrique de l'église d'une somme de 320 fr, autorisé par ordonnance royale du 30 novembre1841

1848 :

  • Dans la nuit du 29 au 30 octobre 1848, " un incendie a éclaté à Sierck, dans une vieille maison située rue des Moulins et occupée par sept pauvres ménages : elle a été entièrement consumée après quatre heures d'inutiles efforts. Deux maisons voisines ont été fortement endommagées."

Petits évènements à Sierck (1838 - 1858)

dimanche 8 septembre 2013, par Anne Auburtin

Sources :

  • Département de la Moselle, dictionnaire historique des communes, Verronnais, 1844.
  • Annales du département de la Moselle par M. F.-M. Chabert.

Anecdotes :

1838 :

  • M. KRUSCH a légué à la fabrique de l'église la somme de 340 fr. Legs autorisé par ordonnance royale du 16 mars 1838.

1841 :

  • Les époux BROUTTSCHERT ont fait don à la fabrique de l'église d'une somme de 320 fr, autorisé par ordonnance royale du 30 novembre1841

1848 :

  • Dans la nuit du 29 au 30 octobre 1848,  un incendie a éclaté à Sierck, dans une vieille maison située rue des Moulins et occupée par sept pauvres ménages : elle a été entièrement consumée après quatre heures d'inutiles efforts. Deux maisons voisines ont été fortement endommagées.

1852 :

  • Le 6 mars, décision de M. le Ministre des finances qui transfère de Thionville à Sierck, le bureau de la navigation.

  • Décision de M. le Ministre de la guerre, datée du 13 avril, par laquelle la brigade de gendarmerie qui avait été accordée en mars 1851, pour le canton de Vigy, et non encore régulièrement organisée alors faute d'une caserne, doit être logée provisoirement à Sierck. La même instruction a transféré la brigade à pied de cette ville à Ars-sur-Moselle, vu l'accroissement considérable de la population industrielle de ce village, laquelle s'est recrutée dans ces derniers temps, surtout parmi les nombreux ouvriers étrangers venus dans le pays.

1853 :

  • Le Conseil municipal de Basse-Kontz a cédé, moyennant 1 500 francs , une pièce de terre de 31 ares , renfermant la source devant alimenter des bains qu'on a entrepris de former à Sierck. Les géologues et des médecins sont allés étudier les couches du terrain et le projet de l'établissement.

  • Le Conseil municipal de Sierck, désireux de procurer du travail aux ouvriers pendant la mauvaise saison , a voté le 24 décembre, un emprunt de 4000 francs, pour être employé à reboiser 71 hectares de terrain sur la côte de l'Allenberg, et à percer une rue.

1854 :

  • La Commission chargée d'aller étudier sur les lieux les propriétés thérapeutiques de l'eau minérale découverte à Basse-Kontz, près de Sierck, a affirmé dans son rapport une identité parfaite des eaux de Sierck avec celles de Mondorff, c'est-à-dire, les a considérées comme provenant des mêmes courants souterrains, à cette différence près que la source à Mondorff étant prise à une plus grande profondeur, est beaucoup plus chaude que celle de Sierck. La Commission a ainsi posé ses conclusions : 1° L'eau de la source de Basse-Kontz peut être classée parmi les eaux ferro-salines à basse température. — 2° Cette eau minérale transportée n'a manifesté son action purgative que d'une manière peu énergique, mais il est évident qu'elle possède des propriétés dont la thérapeutique pourra tirer un parti avantageux dans le traitement de plusieurs maladies, au nombre desquelles on peut, dès à présent, comprendre la scrofule, les engorgements articulaires chroniques, quelques éruptions cutanées, et certains états cachectiques. — 3° La salubre et pittoresque vallée de Sierck réunit toutes les conditions hygiéniques désirées pour un établissement d'eaux minérales. Une compagnie n'a pas tardé à solliciter l'autorisation d'utiliser les eaux minérales de Basse-Kontz, et de créer un établissement thermal.

1857 :

  • Le 15 mars, décret impérial qui approuve le plan d'alignement de la grande rue de la ville de Sierck, Exe la lar¬geur de cette rue à six mètres, et autorise l'acquisition d'une vaste maison pour l'ouverture d'une rue devant communiquer de la grande rue au quai de Sierck.

  • Le 27 août, une ferme à Kerling près Sierck , a été presqu'entièrement détruite par le feu , ainsi qu'une maison voisine. La perte a été estimée 40000 francs.