généalogie et histoires lorraines

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Colporteurs et marchands savoyards s'installent en Lorraine et en Franche-Comté (les industriels)

vendredi 22 novembre 2013, par Anne Auburtin

Sources :  Colporteurs et marchands savoyards dans l'Europe des XVIIe et XVIIIe siècles / Chantal et Gilbert Maistre, Georges Heitz, 1992, Gallica

Des industriels

Les frères Guy, de Nancy-sur-Cluses, marchands drapiers à Belfort, se lancent hardiment dans l'industrie métallurgique en Franche-Comté, à partir du milieu du XVIIP siècle. A 29 ans, Jean-François Guy acquiert les forges de Magny-Vernois, en 1749. Deux ans plus tard, il est le premier maître de forges de France, qui envisage d'utiliser le charbon de terre, à la place du charbon de bois, pour fabriquer ses produits sidérurgiques. Son frère, François, ne peut obtenir la concession des houillères de Ronchamps, en raison de l'obstruction du seigneur local, mais Jean-François Guy achète les houillères et les verreries de Granges (canton de Villersexel) et fait effectuer des fouilles pour trouver d'autres mines. Il devient aussi propriétaire des forges de Montagney, à l'ouest de Besançon. François Guy, quant à lui, s'intéresse, dans les années 1780, aux forges de Conflandrey et Passavant, grosses productrices de boulets de fonte pour la Marine à Toulon.


En Lorraine aussi, des marchands savoyards investissent dans la sidérurgie. Les frères Claude et Jean-François Coster, fils d'un émigrant savoyard, originaire de Mâcot, en Tarentaise, et leurs associés savoyards, Jean-Baptiste Villiez et George Puthon, font construire, en 1733, les forges et la manufacture de Bains, près d'Epinal, dans les Vosges. La fabrication du fer blanc, dans le duché de Lorraine, est introduite par ces marchands industriels savoyards, qui reçoivent une série de franchises des Souverains ducaux, et le privilège de voir leur établissement qualifié de «Manufacture Royale».

George Puthon, (1679-1737), fils d'un marchand savoyard de Fleyrier (Taninges), fonde les forges de Chandeau et Xertigny, tandis que son frère Pierre-François Puthon (1690-1760), médecin ordinaire du Roi Stanislas, obtient la concession des sources minérales de Bussang (Vosges), et la direction des eaux thermales de Plombières(92).

Les verreries et les papeteries attirent aussi des investisseurs savoyards.  Pierre Retournard et Antoine Olivier, marchands de Nancy, originaires de Valloire, fondent, en 1736, la papeterie du Bonhomme, près d'Epinal. Au Luxembourg, Joseph Buisson, originaire de Villaroger, investit une partie de ses bénéfices commerciaux, dans un moulin à papier et une faïencerie. Ces quelques exemples sont loin d'être exhaustifs.

Les marchands savoyards ne négligent pas les industries textiles, qui peuvent être d'un gros rapport. En Lorraine, Joseph Lombard, les frères Coster et Jean-Baptiste Villiez s'associent, en 1730, aux propriétaires de la manufacture royale Saint-Jean de Nancy, qui fabrique des draperies de laine, des ratines et des serges. En 1766, les frères Pierre et Jean-Baptiste Vallet acensent la manufacture. Ces négociants sont, semble-t-il, les fils d'un émigré savoyard, originaire de Passy.

Colporteurs et marchands savoyards s'installent en Lorraine et en Franche-Comté (les banquiers)

dimanche 24 novembre 2013, par Anne Auburtin

Source : Colporteurs et marchands savoyards dans l'Europe des XVIIe et XVIIIe siècles / Chantal et Gilbert Maistre, Georges Heitz, 1992, Gallica

Les activités industrielles ne sont pas les seules opérations des marchands savoyards à l'étranger, il s'y ajoute aussi le commerce de l'argent. Tous les négociants aisés ont un portefeuille de rentes, d'obligations et de lettres de change et exercent, de fait, des fonctions bancaires. Mais une poignée d'entre eux sont de véritables banquiers.
En Lorraine, au XVIIP siècle, les Coster et les Villiez, les plus grands marchands-banquiers du duché sont d'origine savoyarde. Claude Coster (16941773) et son frère Jean-François (1691-1752) sont les tout-puissants banquiers des Ducs de Lorraine, puis du Roi Stanislas et de la Cour de France en Lorraine : lors de la guerre de Succession d'Autriche, de 1740 à 1748, ils peuvent avancer, sans difficultés, à leurs correspondants parisiens, des sommes de 500 à 600 000 livres, prêtées pour trois mois à l'état, ces opérations se renouvelant une dizaine de fois par an. Durant toutes les hostilités, cette ressource ne fait pas défaut un seul jour. Le duché de Lorraine bénéficie, jusqu'en 1790, d'un statut particulier sur le plan douanier : une barrière tarifaire le sépare de la France ; il profite du privilège de province étrangère, pour avoir les marchandises des Indes et des îles françaises à meilleur compte qu'aucune autre région de France. Depuis 1737, les Fermiers Généraux et les ministres des Finances de France cherchent à obtenir l'abolition de la barrière fiscale entre la France et la Lorraine et le report du tarif sur les frontières étrangères. Mais ils se heurtent au particularisme lorrain et aux intérêts de ses marchands-banquiers, défendus par Joseph-François Coster, qui écrit, en 1759, un ouvrage intitulé : La Lorraine commerçante et, en 1762, Les Lettres d'un citoyen à un magistrat, sur les raisons qui doivent affranchir le commerce des duchés de Lorraine et de Barr, du Tarif général, projeté pour le royaume de France».

Jean-Baptiste Villiez (1690-1789), originaire de la Haute-Tarentaise, épouse Elizabeth Coster, soeur de Claude et Jean-François Coster. Ses affaires commerciales et financières sont associées à celles des Coster, et il est, lui aussi, le banquier des Ducs de Lorraine. En 1756, au changement d'état de la Lorraine, le duc François III lui doit 40 000 livres. S'occupant également d'import-export, la maison Villiez est fort connue, et une lettre, portant la seule mention : « M. Villiez, en Lorraine », arrive à son destinataire.

Le Roi Stanislas s'adresse à J.B. Villiez, pour se procurer, à Gênes, les marbres nécessaires pour édifier le monument à Louis XV, sur la Place Royale, qui lui coûte 22 400 livres. Le fils de Jean-Baptiste Villiez, Jean-François (17221774) reprend les affaires de son père ; un portrait de Girardet, actuellement au Musée Lorrain, rappelle un épisode connu de la vie du marchand banquier : en 1777, assis à sa table de travail, Villiez discute avec un officier autrichien, les conditions d'un emprunt, en présence d'un émissaire hongrois. Au second plan, son frère et ses trois fils assistent à l'entrevue. Effectivement, de passage à Nancy, l'empereur Joseph II, s'est adressé à Villiez, pour se procurer l'argent nécessaire à son voyage.

Lettres de naturalité des Savoyards émigrés en Alsace et en Lorraine ( A à G inclus)

mardi 26 novembre 2013, par Anne Auburtin

Source : Colporteurs et marchands savoyards dans l'Europe des XVIIe et XVIIIe siècles / Chantal et Gilbert Maistre, Georges Heitz, 1992, Gallica
Abréviations
: A.D.H.R. : Archives Départementales du Haut Rhin ; 1 B : Fonds du Conseil Souverain d'Alsace. A.D.M.M. : Archives Départementales de Meurthe-et-Moselle.

  • ANTHOINE Claude, natif de Fraize en Savoie, demeurant à Sainte-Croix près de Colmar depuis plusieurs années. Naturalité accordée : janvier 1700 (A.D.H.R., 1 B 950).
  •  ANTHONIOZ Estienne, natif des Gets, « estably depuis plus de 18 ans à Meistratzheim ... depuis qu'il est dans notre Royaume il a toujours eu la volonté d'y finir ses jours... » Naturalité accordée : 24 janvier 1739 (A.D.H.R., 1 B 956).
  • AUGER Joseph (alias Ougier), originaire de Mâcot, 15 ans, marchand à Charmes-sur-Moselle.Naturalité accordée le 17 mars 1760 (A.D.M.M., B 255 n° 20).
  • AUGER Pierre (alias Ougier), originaire de Mâcot, venu en Lorraine il y a 40 ans, établi et marié à Charmes il y a 30 ans. Naturalité accordée le 25 novembre 1741 (A.D.M.M., B 24 n° 77).
  • BATTARD Joseph à Claude, 40 ans, originaire de Marignier, Boucher à Goviller en Lorraine.Naturalité accordée le 29 janvier 1735 (A.D.M.M., B 176).
  • BATTARD Matthieu et Jacqueline MEUNIER sa femme, originaires de Mégevette, établis en Lorraine depuis plus de 40 ans, marchand à Gerbéviller. Naturalité accordée le 20 août 1727 (A.D.M.M., B 168).
  • BIJOT François fils de Georges et Françoise JACQUARD, natif de Saint-Jeoire, « establi depuis plusieurs années en la ville de Landau... »Naturalité accordée : novembre 1714 (A.D.H.R., 1 B 952).colporteur.jpg
  • BONNEVIE Maurice, né à Menthon Saint-Bernard, fondeur en cuivre et métaux, résidant à Lunéville Naturalité accordée le 20 février 1758 (A.D.M.M., B 254 n° 68).
  • BOYMOND Nicolas, natif de Saint-Jeoire « établi en la ville de Fort Louis du Rhin et y a été reçu au nombre des bourgeois le19 février 1729... » Naturalité accordée : 25 juillet 1740 (A.D.H.R., 1 B 941).
  • BRUN Jacques, natif de Morzine, établi à Tùrckheim depuis 20 ans.Naturalité accordée : 29 mai 1745 (A.D.H.R., 1 B 957).
  • BRUN Jean, né à Peisey, marchand à Montheureux-sur-Saône,établi depuis 45 ans en Lorraine, n'a pas eu d'enfants de son mariage, a appelé auprès de lui trois de ses nièces.Naturalité accordée le 31 août 1739 (A.D.M.M., B 244 n° 91).
  •  CHAMBERT Jean, natif de « Bariaunexe » en Savoie, Etabli depuis environ 37 ans à Soulzmatt, âgé de 56 ans. Naturalité accordée : 13 avril 1720 (A.D.H.R.).
  • CHAUMAZ Noël, natif de Savoie, «établi depuis plusieurs années dans notre province d'Alsace...» (pas d'indication de lieu) Naturalité accordée : 23 janvier 1740 (A.D.H.R., 1 B 957).
  • CHAVANNE Claude-François, né à Mieussy, marchand chamoisseur à Lunéville, établi depuis 30 ans en Lorraine, en a passé 10 en qualité de soldat dans le régiment ducal des gardes. Naturalité accordée : 28 décembre 1731 (A.D.M.M., B 174 f. 9).
  • CHAVANNE Nicolarde, nièce de Claude-François Chavanne, née à Mieussy, appelée par son oncle à Lunéville. Naturalité accordée 21 avril 1741 (A.D.M.M., B 245 n° 29).
  • CHESSEL Marie, née en Savoie, fille majeure demeurant à Remiremont, a fixé depuis plusieurs années sa résidence dans les états ducaux. Naturalité accordée le 15 mars 1736 (A.D.M.M., B 178 f. 31).
  • CHEVALIER Jean, natif de Mégevette, « demeurant depuis plusieurs années à Molsheim ». Naturalité accordée : 29 janvier 1790 (A.D.H.R., 1 B 948).
  • COLLOMB Claude natif de « Horsie » en Chablais, diocèse de Genève, Etabli à Ensisheim. Naturalité accordée : 22 septembre 1730 (A.D.H.R., 1 B 955).
  • COMTE Pierre-François, natif de Bellevaux, « établi depuis 30 ans en la ville de Colmar ». Naturalité accordée : 29 mai 1989 (A.D.H.R., 1 B 965).
  • CUCUAT Jean, fils de Claude-Pierre et Marie HUGARD, de Nancy-sur-Cluses, « estably marchand au bourg d'Erstein depuis plusieurs années ... où il a été receu bourgeois ... le 12 janvier 1728.,. » Naturalité accordée : décembre 1730 (A.D.H.R., 1 B 939).
  • DALBANNE Nicolas feu Pierre, 34 ans, originaire de Valloire, absent depuis 12 ans, marié, habite Epinal, cabaretier. Naturalité accordée le 22 octobre 1741 (A.D.M.M., B 245 n° 82).
  • DESCHAMPS Charles-Emmanuel, né à Aiguebelle, « ayant été appelé dans nos Etats dès sa tendre jeunesse par ses parents qui s'y sont établis, a pris le parti du commerce et a fixé, depuis plusieurs années sa résidence à Lunéville ». Naturalité accordée le 15 mai 1747 (A.D.M.M., B 249 n°41).
  • DE LESCHAUX Jacques, natif de Perrignier, « demeure depuis 32 années à Guebwiller ». Naturalité accordée : mai 1733 (A.D.H.R., 1 B 956).
  • DONAT Bernard Marin, feu François, originaire du Mont-Saxonnex, marchand magasinier à Nancy, mort à Lunéville le 8 novembre 1766 (A.D.H.S. Tabellion). Naturalité accordée le 16 décembre 1748 (A.D.M.M., B 25 n° 16).
  • DORIER Aymé, fils de François et de Gervaise Tissot, natif de Mieussy, « établi en la ville de Landau où il fait commerce depuis plus de 25 ans... » Naturalité accordée : août 1716 (A.D.H.R., 1 B 952).
  • DOUCET Jean-François, né à Faverges, un des maîtres d'hôtel ordinaires du roi Stanislas, duc de Lorraine, « depuis sa jeunesse, il est venu en France et ensuite dans nos états, depuis 15 ans, au service en qualité de maître d'hôtel de notre cousin le duc Ossolinski ». Naturalité accordée le 15 septembre 1751 (A.D.M.M., B 252 n° 1).
  • DROS Guillaume, natif de Chambéry, habite à Brisach.Naturalité accordée : juillet 1694 (A.D.H.R., 1 B 934).
  • DUC François Joseph, natif de Sainremy (Saint-Rémy) en Savoie, « estably depuis 30 années en la ville de Sélestat ».Naturalité accordée : juin 1730 (A.D.H.R., 1 B 939).
  • DUNAN Jean, natif de Saint-Jeoire en Savoie, Bourgeois de Saint-Hippolyte en Alsace.Naturalité accordée : 17 janvier 1705 (A.D.H.R., 1 B 950).
  • EMERY Antoine, natif de Saint-Jean Daux en Savoie,établi à Wissembourg en Alsace « où il a vécu jusqu'à présent avec honneur et sans reproches ». Naturalité accordée: 13 janvier 1728 (A.D.H.R., 1 B 938).
  • EMONET François, né à Flumet, marchand banquier de Nancy ; a fixé sa résidence en Lorraine depuis 37 ans. Naturalité accordée le 5 septembre 1736 (A.D.M.M., B 179 f. 86).
  • FAVRE Jean et Pierre, nés à Nancy-sur-Cluses, résidant à Lunéville.Naturalité accordée le 8 février 1736 (A.D.M.M., B 178 f. 17).
  • FELIX Pierre, né à Villard-sur-Boège, rémouleur, demeurant à Jeuxy (Vosges, canton Epinal), établi depuis 30 ans dans les états ducaux. Naturalité accordée le 15 mai 1747 (A.D.M.M., B 249 n° 34).
  • FONTAINE Jacques, natif de Magland, marchand établi à Kientzheim.Naturalité accordée en avril 1696 (A.D.M.M., Chambre des Comptes de Metz).
  • FRACHIER Jean-Baptiste, natif de Seez en Tarentaise, établi dans la ville de Belfort depuis longtemps. Naturalité accordée : 18 novembre 1727 (A.D.H.R.).
  • GAUDIN André, natif de Mieussy, garçon mineur, appelé à Lunéville par son oncle maternel, Jean-Claude Chavanne, lorsqu'il vivait, résidant à Lunéville.Naturalité accordée : 29 mai 1758 (A.D.M.M., B 254 n° 82).
  • GUILLET François, natif de Samoens, en Savoie, établi à Sélestat depuis 40 ans. Naturalité accordée : avril 1723 (A.D.H.R., 1 B 953).
  • GRIVEL Jean-François, natif de Mortié en Savoye, « établi il y a près de trente ans en la ville de Sélestat où il a acquis le droit de bourgeoisie et a été receu dans la tribu des marchands... » Naturalité accordée : septembre 1758 (A.D.H.R., 1 B 959).

Lettres de naturalité des Savoyards émigrés en Alsace et en Lorraine ( H à Z inclus)

jeudi 28 novembre 2013, par Anne Auburtin

Source : Colporteurs et marchands savoyards dans l'Europe des XVIIe et XVIIIe siècles / Chantal et Gilbert Maistre, Georges Heitz, 1992, Gallica
Abréviations
: A.D.H.R. : Archives Départementales du Haut Rhin ; 1 B : Fonds du Conseil Souverain d'Alsace. A.D.M.M. : Archives Départementales de Meurthe-et-Moselle.

  • HUGARD Jean, natif de Nancy-sur-Cluses, « marchand mercier demeurant en la ville de Marckolsheim ... établi en la dite ville il y a 40 ans, avec Jacques et Claude ses enfants... » Naturalité accordée : juin 1772 (A.D.H.R., 1 B 937).
  • HUGARD Jean-Pierre, natif de Nancy-sur-Cluses en Savoie, Bourgeois depuis 20 ans à Sélestat. Naturalité accordée: 17 février 1723 (A.D.H.R., 1 B 953).
  • Les frères HUGARD, marchands à Lunéville :HUGARD Pierre-François, né à Nancy-sur-Cluses en 1694, + à Lunéville en 1735.HUGARD Jean-François, né à Nancy-sur-Cluses, époux de Marie Favre, + à Lunéville. HUGARD Michel, né à Nancy-sur-Cluses en 1703, décédé célibataire à Lunéville en 1756. HUGARD Jacques, né en 1711 à Nancy-sur-Cluses, + Célibataire à Lunéville en 1777.HUGARD François, marchand à Lunéville. Naturalité accordée : 8 février 1736 par la Cour de Lorraine. HUGARD Pierre, né à Nancy-sur-Cluses, marchand avec ses frères à Lunéville, Naturalité accordée : 10 novembre 1755 (A.D.M.M., B 254 n° 20).
  • HUGARD Claude-Pierre, né à Annecy et son cousin HUGARD Jean-François, né à Cluses ont rejoint leurs oncles, Jean-François et Pierre-François Hugard, marchands à Lunéville. Naturalité accordée : 29 avril 1748 (A.D.M.M., B 250 n° 96).
  • JARRE Joseph, fils de Jacques et Toinette Pellan (?) d'Aimé en Tarentaise, « établi à Belfort ». Naturalité accordée : juillet 1694 (A.D.H.R., 1 B931).
  • JULLIARD François, et son épouse Anne Chavanne de Mieussy, habitent Lunéville, leur fille mineure Marie est depuis quelques années avec ses parents, elle obtient sa naturalité.Naturalité accordée le 24 avril 1752 (A.D.M.M., B 252 n° 20).
  • MARTIN Joseph, originaire de Valloire, marchand à Vittel, établi en Lorraine. Naturalité accordée : 9 novembre 1739 (A.D.M.M., B 244 n° 90).
  • MARTIN Pierre, originaire de Valloire, marchand à Vittel, établi en Lorraine. Naturalité accordée le 9 novembre 1739 (A.D.M.M., B 244 n° 92).
  • MAURIER Jacqueline, veuve de Pierre Bechet, né à Nâves, Savoie, demeurant à Nancy, « est venue dès son bas âge dans les Etats ducaux ». Naturalité accordée: 15 septembre 1753 (A.D.M.M., B 253 n° 3).
  • MERESLE Hugues, né en Savoie, établi à St-Dié depuis 27 ans.Naturalité accordée: 10 novembre 1719 (A.D.M.M., B 148 V.31).
  • METRAIL Jean-François, dit Dulac, né à Thônes, valet de chambre de la régente Elisabeth-Charlotte de Lorraine, au service de la duchesse depuis 35 ans. Naturalité accordée : 2 juillet 1733 (A.D.M.M., B 175 f. 60)
  • MOIENNOZ ROUGE Marin, natif de Savoye, « établi depuis plusieurs années en la ville de Landau... » Naturalité accordée : décembre 1733 (A.D.H.R., 1 B 939).
  • MOCCARD François-Louis, natif de Sixt, né le 2 avril 1704,«s'engagea à Lyon au mois de juin 1724 dans le Régiment de Languedoc et y servit pendant douze années... depuis 1730 il est estably au Fort Louis et a été receu bourgeois de cette ville ». Naturalité accordée : 3 avril 1756 (A.D.H.R., 1 B 942).
  • MONET Augustin et Joseph, à Jacques, nés à Nancy-sur-Cluses,« venus depuis plusieurs années négocier tant en Alsace que dans nos Etats ». Naturalité accordée le 16 octobre 1751 (A.D.M.M., B251 n° 76).
  • MONET Claude, Augustin et Jean-Pierre à Pierre, nés à Nancy-sur-Cluses, « sont venus depuis plusieurs années négocier tant en Alsace que dans les Etats de Sa Majesté, dans lesquels ils désirent fixer leur résidence ». Naturalité accordée: 16 octobre 1751 (A.D.M.M., B251 n° 75).
  • MONTFALCON François-Philibert de, né à Chambéry, Général de Cavalerie, au service de l'Empereur et de l'Impératrice, et l'un de ses chambellans, a épousé la comtesse Marie-Marguerite de Franc d'Anglures. Naturalité accordée: 15 octobre 1759 (A.D.M.M., B5 961).
  • MONTFORT Jacques, natif de Sallanches en Savoie, habitant Ribeauvillé. Naturalité accordée : octobre 1725 (A.D.H.R., 1 B 937).
  • NEYRET François, feu Pierre, originaire de Mieussy, établi dans les Etats ducaux, marchand à Château-Salins en Lorraine. Naturalité accordée : 13 novembre 1732 (A.D.M.M., B 174 f. 147).
  • NEYRET Jean-François son frère, feu Pierre, de Mieussy, marchand établi dans les Etats ducaux.Naturalité accordée : 13 novembre 1732 (A.D.M.M., B 174 f. 147).
  • NEYRET Jacques-François et Joseph, frères nés à Mieussy,résidant à Salonne, office de Château-Salins, « appelés en Lorraine dès leur tendre jeunesse par leurs oncles, marchands à Château-Salins et Salonne, avec lesquels ils sont établis depuis 7 à 8 ans ».Naturalité accordée le 15 mai 1747 (A.D.M.M., B 249 n° 33).
  • NOBLE Claude-François, fils de Jean Noble et Michèle Bonnay, natif de St-Martin de-Chatillon,établi depuis 4 années dans la ville de Neuf Brisach. Naturalité accordée : février 1747 (A.D.H.R., 1 B 958).
  • PERRONA Pierre, natif de Tarentaise, demeurant à Grandvillard en Haute Alsace... âgé de 60 ans... il y a près de 40 années qu'il a quitté le lieu de sa naissance... il a fait pendant plusieurs années commerce de marchandises en mercerie et qu'il fait encore actuellement, ce qui lui a procuré l'avantage de s'établir au dit lieu de Granvillard où il s'est marié à Anne Le Baux du même lieu... » Naturalité accordée : juin 1724 (A.D.H.R., 1 B 953).
  • REY André, natif de Nancy-sur-Cluses, « depuis environ trente cinq ans il est établi négociant à Belfort ...et qu'en 1732 il a été admis et reçu bourgeois... » Naturalité accordée : janvier 1765 (A.D.H.R., 1 B 960).
  • ROSSET Joseph, natif de Morzine, marchand mercier à Cernay. Naturalité accordée : 1755 (A.D.H.R., 1 B 959).
  • RUFFIER Claude, natif des Chapelles en Tarentaise, établi depuis 30 ans à Belfort. Naturalité accordée : 28 septembre 1722 (A.D.H.R., 1 B 937).
  • SAUTHIER André Dinan, natif des Chapelles en Tarentaise, bourgeois d'Ensisheim et procureur du Roi en 1707. Naturalité accordée : 1694 (A.D.H.R., 1 B931).
  • TESTU Jacques, natif de Mongiroz-la-Chapelle en Tarentaise, fils de Claude et Toinette Dunant, demeurant à Belfort et voulant s'y établir. Naturalité accordée : juillet 1694 (A.D.H.R., 1 B931).
  • TESTU Maurice, natif de Mongiroz-la-Chapelle en Tarentaise, (sieur) fils de François et Marie Couster, « demeurant à Belfort et voulant s'y établir... » Naturalité accordée : juillet 1694 (A.D.H.R., 1 B931).
  • TROMBERT Pierre, natif de St-Jean-d'Aux, en Savoie, Directeur des Postes de la ville de Thann. Naturalité accordée : 9 juillet 1732 (A.D.H.R., 1 B 456).
  • VIOLAND Jean-François et son frère Jean, établis à Belfort. Naturalité accordée : 1699 (A.D.H.R., 1 B 934).
  • VIOLAND Joseph Antoine, « allemand de nation », « estably depuis plusieurs années à Sélestat... » Naturalité accordée : décembre 1750 (A.D.H.R., 1 B 958).