Assemblée du 8 mars par-devant le syndic Dominique Tailleur; publication au prône le 8 mars par le curé.

65 feux.

33 comparants; 24 signataires : François Collin; Charle Poincignon; Jean Auburtin; Jacque-Etienne Busy, Jean Treize; Jean-François Gama; Toussain Humbert; Jean Thomas; Jean-Baptiste Chevallier; Claude Mailliard; François Henquin; Jean Maillard ;Claude Maillard ; Dominique Cuisinier; Pierre Gaillot ; François Gaillot; Toussaint Hanrion; Joseph Lacour, Jean Thomas; Charle Linel; François Gaillot; Dominique Linel; Etiene Durant; Jean ­Baptiste Poincignon; Pierre Malraison, député. On y trouve celles du syndic-député et du greffier L. Poincignon, qui manquent au cahier; mais on ne voit nulle part celles de Nic. Valantin, J. Treize, Gaspard Rabas, Nic. Salrin, J.-Franç. Poincignon, Claude Thirion, Domin. Poincignon, Jos. Guerin, Nic. Lefebvre, J. Lallier, J. Hanaux, J. Bouvy, Louis Pallé.)

Députés: Dominique Tailleur et Pierre Malraison.

Cahier des remontrances, plaintes et doléances, que les habitants et communauté de Retonfey ont l'honneur de faire et de présenter au roi lors de la tenue des États généraux, fixée au 27 avril prochain, en conformité de ses lettres de convocation et arrêt de règlement du 24 janvier dernier.

Sur quoi les dits habitants et com­munauté de Retonfey ont l'honneur de lui demander

  1. Que la répartition des impositions royales se fasse à l'avenir sur tous les biens indistinctement, sans en excepter ceux des nobles et ecclésiastiques, ainsi que sur tous les revenus, de quel[que] nature [qu']ils puissent être.
  2. La liberté du commerce pour toutes sortes de marchandises indistinctement.
  3. La suppression des gabelles, et notamment des bureaux des sels et tabacs, et la liberté d'en faire le commerce.
  4. Qu'ils jouissent des marcs de leurs raisins, comme leur appar­tenant de droit et faisant partie du fruit de leurs travaux et du produit de leurs héritages; qu'ils ont eu jusqu'à présent la douleur de s'en voir annuellement privés.
  5. La suppression des banalités tant pour les moulins que pour les fours, comme étant des servitudes très onéreuses.
  6. La suppression de l'édit qui oblige les paroissiens à l'entretien et réparation des églises; et les remettre à la charge des décimateurs, attendu qu'ils en tirent les revenus.
  7. La suppression de la manière actuelle de faire les corvées; et que les routes soient abornées de manière que chaque communauté ait une partie fixe à entretenir par elle-même.
  8. La suppression des acquits dans l'intérieur de la province, de quel[que] nature [qu']ils puissent être, comme étant une chose très onéreuse au public.
  9. La suppression des maltôtes pour l'entrée des bestiaux, bois et autres denrées dans la ville de Metz.
  10. La suppression de la société et compagnie du sieur Midon, qui ont seuls le droit de faire les ventes publiques, comme une chose très onéreuse au public, où le créancier et le débiteur se trouvent lésés.
  11. Que le tiers des biens communaux attribué aux seigneurs des lieux rentre aux communautés, comme il lui appartient de droit, attendu que les seigneurs ne contribuent en aucun cas aux charges des communautés.
  12. Qu'il soit fait un arpentage général de toutes les propriétés des bans, et qu'il y ait un banrôle d'icelles, tant pour la conservation des dites propriétés qu'afin d'avoir plus de connaissance et de facilité pour la répartition des impositions royales.
  13. Et qu'enfin il plaise à Sa Majesté de faire jouir paisiblement les communautés des vain pâturages de leurs bans et des parties séparées d'iceux, à quel[que] distance [qu']elles puissent s'étendre, nonobstant toutes concessions et transactions qui en auraient pu être faites par le passé, à quel[que] titre [que] ce soit, sans y être troublées même dans le cas où il s'agirait de transfiner.
  14.  Et en outre des États dans la province.

Source : Quellen zur lothringischen Geschichte / hrsg. von der Gesellschaft für lothringische Geschichte und Altertumskunde, PublicationNum. BNF de l'éd. de Metz : G. Scriba, 1901-