Assemblée du 8 mars en la maison de Pierre Hennig, maire royal;

publication au prône le 8 mars par Jean-Baptiste Prunot, vicaire résident.

69 feux - 37 signatures et 2 marques.

Députés: Jean Weis, laboureur, élu par 33 voix, et Nicolas Beftinger, élu par 28 voix. (La liste des députés à l’assemblée du bailliage nomme pour Hobling Jacq. Foncin et Jean Diederich)

Cahier de plaintes, doléances et remontrances que les syndic, maire, habitants et communauté de Holling ont l’honneur de produire à l’auguste assemblées des Etats généraux en conformité de l’ordonnance de M. le lieutenant général au bailliage royal de Bouzonville en date du 28 février dernier.

Que la capacité des produisants est insuffisante d’insinuer à l‘auguste assemblée les moyens qui pourraient mouvoir Sa Majesté à modérer le fardeau de ses sujets; cependant à leur particulier ils ont l’honneur d‘observer :

1°. Qu’il n’y a rien de plus cher et de plus précieux à un citoyen père de famille que de jouir en paix et tranquillité des fruits de ses travaux journaliers, qui cependant est troublée par différents objets et principalement par des procès qui durent à l’infini.

Les produisants, au nombre de 84, y compris les femmes veuves, garçons et filles faisant ménage, ont obtenu de Mgr l‘évêque de Metz un vicaire résident sur l‘incommodo de l’église paroissiale de Valmunster, desservie par un religieux de l’abbaye de Metloch, et sur les différends qui se sont mus entre les produisants et le curé du dit Valmunster; l’affaire a été portée au conseil de Sa Majesté, où elle reste indécise déjà pendant quatre années, après qu‘elle a été au préalable discutée en différents tribunaux pendant l’espace de six années. Les produisants, après s’être énervés, ont été obligés de faire un emprunt de 600 écus neufs à terme moyennant les intérêts ordinaires: ils redoivent le capital et les intérêts; c‘est un avocat avide, exigeant toujours plus, qui retarde un arrêt définitif. Ils ont un état monastique opulent pour adversaire, qui éternise cet arrêt et, par conséquent, rend les produisants hors d’état de poursuivre leurs droits fondés sur des principes certains : ce qui leur donne sujet de supplier Nosseigneurs de l’assemblée des Etats généraux de faire observer à Sa Majesté qu’il lui plût fixer des délais pour faire terminer les procès suivant l’exigence des cas et circonstances.

2°. Le ban de Holling contient environ 900 jours de terres et 300 chars de prés, desquels l’état noble et ecclésiastique possèdent 475 jours de terres et chars de prés, [ce] qui surpasse le tiers de leur ban, outre les dîmes tant grosses que menues, qui sont possédées par ces deux états. Il parait que ceux qui jouissent du bénéfice doivent également contribuer aux charges : ce que Nosseigneurs sont suppliés de faire observer.

3°. Le tiers denier en cas de vente d’immeubles et le [droit de] chef d’hôtel étant une charge très onéreuse, les produisants supplient que ces droits fussent abolis.

4°. Que les inventaires des mineurs fussent faits par les maires et gens de justice des lieux, et les procès-verbaux déposés dans leurs greffes.

5°. Que l’office des huissiers priseurs et vendeurs de meubles fùt révoqué, et procédé comme anciennement, attendu qu’au lieu qu’il résulterait un bien aux mineurs, l’expérience démontre que les frais d’inventaire et prisée surpassent souvent le produit du mobilier inventorié et prisé.

6°. Que l’administration des eaux et forêts fût conférée aux officiers des bailliages, et les droits modérés, attendu que les produisants n’ont que 7 arpents de bois par an, en conséquence 14 arpents pour deux ans, qui sont marqués par les officiers de la maîtrise dans une demi-vacation et souvent par un seul officier: ils en perçoivent 3 1. 1.0 s. par arpent, outre les autres frais, ce qui fait pour cette demi-vacation passé 50 livres, ce qui surpasse souvent le produit du bois qu’ils y perçoivent.

. Qu’il soit défendu à tous marchands hollandais d’exporter des bois hors des Etats.

8°. Qu’il soit pareillement défendu aux forestiers royaux de faire des rapports dans les bois communaux à charge par les communautés de constituer des forestiers, habitants de la même communauté, solvables, et qui soient garants et responsables des délits qui pourraient s‘y commettre; cependant les rapports rédigés dans un greffe royal pour par Sa Majesté percevoir le tiers des dommages-intérêts.

9°. Que la vaine pàture fût rendue commune, et la clôture des prés abolie, attendu qu’il n’y a ordinairement que les nobles et ecclésiastiques, ainsi que les riches, même des forains, possédant des biens considé­rables et contigus, qui profitent de ce privilège à l’exclusion d’un pauvre concitoyen qui se trouve hors d‘état de nourrir un bétail pour le soutien de sa famille.

10°. Les produisants, ainsi que tout le peuple lorrain, se croiraient au comble de leurs désirs et supporteraient toutes charges qu’il plairait à Sa Majesté leur imposer, s’il y avait lieu d’espérer que la ferme fût abolie, et par là les employés y attachés; que le sel leur serait débité comme aux étrangers; que le commerce dans l’intérieur du royaume serait libre sans être assujetti aux acquits, et que les impôts sur les cuirs soient abolis. C’est ce que Nosseigneurs de l’assemblée des Etats généraux sont suppliés de représenter à Sa Majesté, qui rendra ses sujets heureux, et qui ne cesseront d’adresser leurs voeux au Ciel pour le maintien et la prospérité de son auguste personne, famille royale, et de Nosseigneurs composant l’assemblée des Etats généraux.

Johannes Weis; Nicias Bettinger.

Le procès-verbal d’assemblée était signé, en outre, de:

Pierre Nennig, maire; Adam Schmitt, échevin; François Werner; Mathis Leidinger; Daniel Christian; Mathis Saulny; Christian Hoffman; Hans Goerg Knobloch; Johanes Altins (?); Ludwig Bare; J. Thirion; Hans Jacob Schneider; Matis Prill; Jacob ….; ;Nicolas Louis; Michel Stefen; Hans Goerg Leidinger; Jacob Weis; Hans Gerg Giss; Frantz Barre; Simon Eberschweiller; Nicolas Klob; Frantz Bettinger; Nicolas Teitien; Peter Welinger; Petter Stablon; Lidwin winger (?); Matis Linden; Simon Salmon; Ulrich Teudtgen; Jacob Braun; Johannes Weis; Niclas Brettendorf; Hantz Petter Salmon; M. W. (Mathis Wolmeringer); marques de Pierre Steil, Jean-Adam Muller.